frendeitptrues

L 'ancêtre du chien Montagne des Pyrénées serait le Dogue du Tibet qui aurait suivi ses maîtres asiatiques lors de leur invasion du sol européen. Des indices fossilisés permettent d'estimer à près de 4000 ans les origines de l'espèce, ce qui correspond à l'âge de bronze. La race, telle que nous la connaissons aujourd'hui, s'est développée sur les deux versants des Pyrénées (français et espagnol). Ainsi, très isolée dans ces hautes vallées, elle a su conserver jusqu'à ce jour une étonnante pureté.

Dans ses hautes vallées natales, le chien Montagne des Pyrénées, « habillé » d'un collier de fer hérissé de pointes - ce qui lui évitait d'être étranglé par les ours qu'il ne craignait pas -, se chargeait de défendre les troupeaux et les familles de paysans contre les attaques des animaux sauvages, des chiens errants et des maraudeurs.

Vers la fin du XIVe siècle, le Patou* quitte la montagne pour prendre en charge la garde des châteaux de Foix, de Lourdes et de Carcassonne.

* Le mot Patou (s'écrit aussi Pastou) est dérivé du mot "pastre" qui signifie : berger. Le mot Patou désignait - et désigne encore quelquefois aujourd'hui - le chien de berger comme on l'entendait dans les temps anciens.

Présent dans les Pyrénées depuis des temps immémoriaux,  il est utilisé, au moyen age, pour garder les châteaux et protéger les troupeaux contre les prédateurs (ours, loups, lynx et même l'homme). Il est mentionné au XIVe siècle par Gaston Phoebus. Très apprécié au XVIIe siècle, il partagea la gloire de la cour du roi Louis XIV..

 

Au XVIIe siècle, contre toute attente, ce chien de berger acquiert ses lettres de noblesses.

En 1675, Madame de Maintenon accompagnant le Dauphin aux eaux de Barèges, découvre le chien Montagne des Pyrénées.

Séduite, elle décide d’en ramener un sujet à Paris.

Le grand chien blanc fait l'admiration de la Cour du Roi Soleil, où il reçoit la noble distinction de "chien royal".

Il fait aussi son apparition sur les armoiries royales françaises.

 

Le Montagne des Pyrénées fut présent lors de la première exposition canine française en 1863. Très peu de ces chiens furent vus en dehors de leur pays d'origine avant 1930, époque ou plusieurs reproducteurs de grande qualité furent exportés vers l’Amérique du Nord et l’Angleterre.

La première description détaillée de ce chien date de 1897 dans le livre du Comte de Bylandt.

Dix ans plus tard sont créés les premiers clubs de race et en 1923 la Réunion des Amateurs de Chiens Pyrénéens, à l'initiative de M. Bernard SÉNAC-LAGRANGE, fait enregistrer le standard officiel auprès de la S.C.C. Le standard actuel est encore très proche du standard élaboré en 1923, ce sont surtout des précisions qui y ont été apportées

Le patou s'était fait plus rare dans les campagnes en raison de la disparition des grands prédateurs mais à la suite du retour du loup dans les Alpes françaises, il connaît un regain d'intérêt auprès des bergers.

En 1965 il a été rendu célèbre par la série télévisée française Belle et Sébastien, puis par la version animée japonaise homonyme.

Les patous d'Eve au cinéma