frendeitptrues
 
 

Évelyne Galiana, éleveuse de chiens de montagne dans la vallée de Girou, explique : «J'ai été contacté par le célèbre dresseur Canadien, Andrew Simpson, qui voulait voir mes chiots. Sur les onze de la portée, il en a pris trois. Trois bébés de 10 kg. J'étais très fière : mes chiots sont les premiers à tourner dans ce film».

Il faut rappeler que ces chiens grandissent très vite et que l'aspect boule de poils disparaît rapidement. Pour incarner les trois chiots de Belle, il a fallu pas moins de quinze chiens. «Avec son dresseur, Majou a dû apprendre l'anglais, notamment les verbes aboyer et asseoir», plaisante Evelyne qui précise : «Il faut un peu oublier l'euphorie de Belle et Sébastien. Et rappelons que ce chien est d'abord un animal de protection et de garde qui la nuit, aboie et dort le jour».

Sur le plateau, Majou s'est comporté en pro : «Ce sont des chiens très intelligents qui comprennent vite, poursuit Evelyne Galiana. Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que le cinéma et la publicité font appel à cette race».

Évelyne ne s'est pas rendue sur le tournage. «J'attendais le soir avec impatience de revoir Majou. Il revenait très excité mais heureux. Ce rôle l'a socialisé. Je pense qu'il a aimé cet univers». Majou ne dit rien mais semble d'accord. Jouer les stars lui convient bien.

Les patous d'Eve au cinéma