frendeitptrues

 Nous avons toujours eu des "Patou des Pyrénées"dans notre famille  et c’est toute jeune que je m’amusais avec eux.


J’aimais me promener, jouer à Belle et Sébastien, puisque le feuilleton était sorti lorsque j’étais enfant. J’ai même rebaptisé le Patou de mon frère, en l’appelant Belle. Son vrai nom était Titus de Baccalla ce qui avait le don d’énerver mon frère.

Comme nous vivions en appartement, mon père ne voulait pas de chien trop gros, même s’il aimait le Patou. Mon père me disait que dans un appartement, il ne saurait être heureux. A cette époque là, ma passion pour les animaux, m’amenait à en recueillir de toutes sortes de à la maison, au grand désespoir de mon père. Mon frère ayant pitié de moi, m’offrit un Cocker Anglais Golden qui s’appelait Xem de Rancourt.
Bien que j’aie énormément aimé ce chien, je retournais dans mes rêves les plus merveilleux avec mon Patou.

A partir de 15 ans, j’étais bénévole à la SPA de Toulouse. J’étais heureuse et malheureuse à la fois, de tant leur donner et de les voir souffrir et être si triste.

Me voici installée dans ma propre maison, et évidement le besoin d’un Patou à mes côtés était de plus en plus fort.

A la SPA, nous avions un Patou, avec qui, vous le pensez bien, je m’entendais à merveille. C’est comme ça qu’en 1979 Neige est entrée dans ma vie, aussi je décidais de ne plus jamais vivre sans Patous. Yankee, vieux Berger Allemand noir aux yeux d’ors et de 12 ans, rejoignit notre famille, considérant qu’il avait assez vécu à la SPA.

Lorsque que nous allions voir les grands-parents, qui avaient été bergers dans le temps et pures Pyrénéens de la Commune d’Arrens, au dessus d’Argeles Gazost, nous passions des heures et des heures avec le grand-père, à discuter du Patou, comment étaient les siens, il me racontait des tas d’anecdotes, que je vous raconterais bien plus tard.

En 1983, mon fils Brice pointa son bout de nez et Neige et Yankee veillaient sur lui. Mes 3 enfants ont appris à marcher avec les Patous, en s’agrippant à leurs poils pour se redresser et marcher. Et jamais au grand jamais, un seul de mes Patous ne les a fait tomber. C’est inné chez eux, ils ont la douceur et la force pour rassurer un petit enfant qui apprend à marcher. Combien de fois n’ai-je pas trouvé mes enfants la tête dans la gamelle des chiens !

Ma passion ne faisait que grandir, et c’est comme cela que j’acquis en 1984 Alpha de chez Monsieur Teullière.

Alpha avait des problèmes de métrites, une fois soignée, je l’amenai chez Madame Martine Bertrand du célèbre élevage du Tuc de l’Adosse, pour une saillie avec le multi champion Uchan de Montbernes.

Lorsque je suis allée chez cette éleveuse Belge, pour 2 ou 3 jours, le temps de la saillie, nous nous sommes tellement entendues entre passionnées, que j’y suis restée 10 jours, et depuis, nous sommes les meilleures amies du monde. Elle est mon double, ma sœur jumelle et ma confidente.

Alpha nous quitta à cause de ses problèmes de santé et c’est là que ma Sœur, Madame Martine Bertrand m’offrit Marotte du Tuc de l’Adosse.

Martine et Marotte m’ont permis de démarrer mon élevage, et surtout de le démarrer avec les meilleures lignées qu’il existait.

Marotte reste notre mascotte, elle a produit de nombreux champions et fut sacrée Elite B de reproduction.

C’est grâce à Martine et Marotte (qu’elle m’a généreusement offert), que l’histoire de la Vallée du Girou a pu commencer.

Cette histoire, je vais vous la raconter tout au long de votre visite et au travers de notre site.

PS : J’invite toutes les personnes qui ont eu un Patou de la Vallée du Girou, qui ont des photos de mes chiens ou de leurs descendants à me les envoyer pour mon plus grand bonheur et ce afin que ce site soit le reflet exacte de la Beauté de Notre Patou.